Vacances de noël : ce que les enfants aimeraient dire à leurs parents

12 Déc

enfant-noel

Nos enfants languissent les vacances de noël avec impatience. Tout d’abord parce que les vacances signent la fin de l’école pendant une période donnée. Ensuite parce que ces vacances annoncent d’heureux présages pour nos progénitures : une avalanche de cadeaux, une souplesse des horaires et une nourriture riche en sucreries. Les enfants ignorent souvent le stress que peuvent vivre les adultes en cette période de l’année ; à l’exception de ceux qui partagent leurs vacances entre leurs deux parents en situation de conflit. Rien n’est plus traumatisant pour un enfant que d’entendre ses parents se disputer à propos des jours de visite ou des horaires.

Si vos enfants pouvaient vous dire ce qui les tracassent, voici quelques éléments de réponses qu’ils vous feraient 

1 |Je ne veux pas avoir à choisir entre vous

Ce n’est pas à votre enfant de vous soumettre un planning pour les vacances. Concertez-vous, anticipez et prenez en compte les activités que votre enfant affectionne particulièrement, même si cela implique de dévier quelque peu de la garde formelle. Les enfants ressentent la tension existante entre les deux parents. Leur demander de choisir entre des activités revient à leur poser froidement la question : avec quel parent préfères-tu être ? Et ils ne veulent pas vous blesser ou créer de nouveaux conflits entre vous.

2 |Je ne veux pas vous entendre dire des choses méchantes sur mon autre parent

Dénigrer l’autre parent ou faire des remarques sur votre ex-conjoint(e) est toujours nuisible pour votre enfant. Et en période de vacances, ce comportement prive l’enfant de la joie qui accompagne cette préparation.

3 |Cela me blesse de savoir à quel point je vous manque

Si votre enfant ne peut être présent pour un évènement qui vous tient à cœur parce que l’autre parent n’est pas d’accord ou pour une autre raison, ne lui faites pas de chantage en lui disant qu’il va vous manquer. C’est un comportement qui le blesse. Abstenez-vous de lui dire.

4 |Ne me faites pas sentir coupable de passer du temps avec l’autre parent

Vous devez encourager une bonne relation avec l’autre parent. Evitez d’employer des phrases négatives du type : vous devez aller chez votre mère ou on le fera quand vous reviendrez de la maison de ton père. Le ton employé ne passe pas inaperçu dans l’oreille de votre enfant.

5 |Ne me faites pas ressentir ce que je vous coûte

Faire connaître à votre enfant que vous avez dépensé telle somme pour ses vêtements ou pour un cadeau ne le regarde pas. Et encore moins le fait que l’autre parent n’a (encore) pas payé la pension alimentaire.

6 |Lorsque vous êtes en retard, cela me pose des problèmes

Ne soyez jamais en retard (sauf cas de force majeure). En récupérant votre enfant sur les chapeaux de roues vous mettez en colère l’autre parent et votre enfant se retrouve dans l’embarras. Organisez-vous et anticipez.

7 |Je n’aime pas devoir partir au milieu d’une activité

Cessez le bras de fer avec votre ex-conjoint(e). Laissez votre enfant profiter pleinement de sa journée de festivités. Célébrez la fête un jour avant ou un jour après la date du calendrier plutôt que de couper la journée. Accorder de l’attention à la journée passée de votre enfant chez son autre parent vous donne l’occasion de montrer que vous partagez l’esprit de noël autrement dit : la joie, la gratitude et la générosité.

8 |C’est injuste de m’offrir des nouvelles choses que je ne peux utiliser que chez vous

Un enfant qui reçoit un présent veut en profiter de suite, le montrer et le partager. Lui interdire de le prendre chez son autre parent revient à lui reprendre le cadeau en retour.

Laissez-le libre de l’emporter avec lui.

9 |Parfois, je suis super fatiguée après avoir quitté votre maison

Accepteriez-vous de récupérer votre enfant exténué lorsqu’il démarre sa semaine de garde chez vous ? Probablement pas. Laissez tomber l’agenda de ministre et prévoyez un temps  de récupération avant de remettre votre enfant à l’autre parent.

10 |Je n’ai pas toujours envie de vous parler lorsque vous m’appelez

Votre enfant sait que vous l’aimez. L’appeler tous les jours ou plusieurs fois par jour quand il est avec l’autre parent peut le perturber. Permettez à votre enfant de profiter du temps qui lui est consacré avec l’autre parent en évitant d’être trop intrusif.

La période des fêtes est particulièrement délicate en tant que parents séparés, à laquelle viennent s’ajouter les sentiments exacerbés. Avant d’agir, posez-vous toujours les questions suivantes : Qu’est-ce que cette action va apporter à mon enfant ? Quel souvenir en gardera-t-il ?

Conclusion

Offrir à vos enfants une saison de vacances sans conflit, c’est les autoriser à aimer librement chacun de leur parent. Leur permettre de célébrer les fêtes sereinement dans vos deux foyers distincts est le meilleur cadeau que vous pouvez leur donner.

Et vous ? Qu’aimeriez-vous dire à vos enfants que vous n’osez pas leur exprimer ?

Pas de commentaire.

Laisser un commentaire