Une nouvelle ère s’annonce pour les parents divorcés

14 Août

Bien longtemps, les femmes et mères divorcées ont été favorisées par les législations en vigueur. Dès l’annonce du divorce ou la naissance d’un enfant hors mariage, la mère détient le plus souvent « les pleins pouvoirs » avec l’autorité parentale. Mais à partir du 1er juillet 2014, les choses ne seront plus les mêmes.

enfant-divorce

Qu’est-ce que l’autorité parentale?

Il serait inutile de discuter d’autorité parentale si on ne sait pas ce que c’est exactement. Pour faire simple, c’est le parent qui obtient la garde de l’enfant qui détient ladite autorité. Cela signifie que ce serait à lui de prendre les décisions importantes dans la façon d’élever et d’éduquer l’enfant. Dans la majorité des cas, c’est la mère qui obtient la garde. Il est évidemment possible de demander au juge la maintient de l’autorité parentale conjointe pour que les 2 parents se trouvent sur le même pied d’égalité. Ils pourront donc, ou plutôt devront, prendre les grandes décisions ensemble pour le bien de l’enfant. Statistiquement, l’autorité parentale est attribuée à la mère dans plus d’un divorce sur 2. Les rares cas où c’est le père qui gagne cette autorité ne représentent que 3,8% des cas. Le reste, soit à peu peu près dans 45% des cas, un arrangement entre les parents aboutit au partage de l’autorité parentale.

Et qu’en est-il maintenant?

Mais tout cela va changer très bientôt. En effet, à partir du 1er juillet, l’autorité parentale conjointe sera la règle. Les pères n’auront plus donc à batailler auprès des tribunaux pour espérer contribuer pleinement à l’éducation de son enfant. Cette mesure constituant une réforme du Code civil est plutôt décriée par les différents mouvements féministes, et plutôt accueilli comme la vraie fête des Pères pour l’autre camp. Mais le vrai problème réside actuellement sur la rétroactivité de ladite mesure. Qui pourront exactement en bénéficier? Tous les parents divorcés ou bien ceux dont le divorce à été prononcé durant les 5 dernières années ? Cela pourrait rouvrir des cicatrices et mettre à l’ordre du jour de vieux conflits qui ont été plus ou moins oubliés. Peut-être que c’est maintenant la fête des pairs!

Pas de commentaire.

Laisser un commentaire