Que faire quand votre enfant préfère voir ses copains pendant votre week-end ?

9 Juin

quand votre enfant prefere voir ses copains alors que c'est votre week-end

Avec l’âge, vos enfants évoluent et leurs besoins et désirs également. L’adolescence, par exemple, est une étape essentielle dans le développement du sentiment d’appartenance. Les ados ont besoin de se différencier de leurs parents, de montrer cette différence et de se sentir appartenir non plus à une famille mais à un groupe qui représente leurs valeurs du moment.

Dans le contexte des parents divorcés, voici mes 3 conseils pour aborder ce fameux moment où les sorties avec les copains seront plus importantes que les week-end chez Papa.

Si vous me suivez déjà sur les réseaux sociaux ou si vous lisez ma newsletter, vous savez que nous habitons à plus de 600 km des enfants et que lorsque vient notre week-end, nous faisons le déplacement. Certains week-end nous arrivons donc le vendredi soir tard pour repartir le dimanche soir. Alors imaginez la réaction de mon conjoint quand sa fille ainée lui demande si elle peut aller passer le samedi soir chez une copine … Quoi dire ?

Après tout, cette enfant n’a rien demandé de cette organisation alors pourquoi lui en faire subir les contraintes ? Pourquoi la « forcer » à rester avec nous alors qu’elle est à l’âge où on a besoin d’aller voir ailleurs ? Mais d’un autre côté, à quoi bon faire 1200 km en 48h pour ne pas voir son enfant la moitié du temps ?

1. Accepter de ne pas être une priorité pour votre enfant

Comme je le dis souvent, un enfant du divorce ne perçoit pas la réalité de la même façon que ses parents. Il n’a pas cette notion de devoir profiter du temps avec son parent pour combler les moments d’absence. Il ne comprend pas non plus que son parent puisse avoir ce besoin pour combler la sensation de manque le reste du temps. Un enfant reste égocentrique – pour la plupart du moins – et gère sa relation et son temps avec son parent selon ses priorités et ses besoins du moment.

En tant que parent, même divorcé, vous devez accepter de ne plus être le centre des priorités de votre enfant. Il est totalement normal, et sain pour son développement, d’avoir ce besoin de découvrir le monde extérieur et de trouver un autre groupe d’appartenance que sa propre famille.

2. Apprendre à votre enfant à se mettre à la place des autres

Une telle situation peut aussi être l’opportunité de créer des espaces de communication. Comprendre ce qui est important pour lui et partager ce qui l’est pour vous. Exprimer vos perceptions respectives pour mieux se connaitre et mieux adapter vos week-end. Votre enfant / votre ado peut avoir des envies et des besoins mais il doit aussi comprendre que les personnes qui partagent le foyer ont également des désirs et des besoins à combler: comment trouver le meilleur compromis ensemble ?

Mon conseil est de réfléchir ensemble à une solution alternative ou un compromis qui pourrait respecter les besoins de chacun et les contraintes engendrées par la situation.

3. Rester le garant de l’autorité

Même si je prône la bienveillance dans l’éducation et le respect de votre enfant – être humain à part entière – en tant que parent vous restez le garant de l’application des règles du foyer et du respect mutuel entre les membres de votre foyer. Il est donc normal de refuser ou de poser des conditions et des limites si l’attitude de votre enfant a des conséquences négatives sur vous et votre famille. Par exemple, il n’est pas question de faire le taxi au détriment des autres enfants ou de sacrifier votre temps pour satisfaire les caprices d’un ado.

Chaque décision expliquée de façon cohérente et en lien avec une valeur de vie, sera accueillie et d’autant plus si vous proposez une solution alternative pour montrer que vous prenez en compte aussi le besoin de votre enfant.

Vous souhaitez me parler de votre situation de vive voix ? Cliquez ici pour en faire la demande.

Pas de commentaire.

Laisser un commentaire