Pas sérieux s’abstenir

24 Oct

Pas sérieux s’abstenir

 

– Femme sympa, indépendante et cultivée cherche son alter-ego.

-Si tu fais moins d’1m75, que tu es fumeur, pas remis de ta dernière rupture, profil sans photo, merci de passer au profil suivant.

Du sérieux !! Les adeptes du one-shot, de la légèreté et du « sans prise de tête » … NEXT !!

Vous reconnaissez ?

Si vous êtes un homme qui cherche ou a cherché l’amour sur la toile, vous avez croisé ce profil des dizaines de fois.

S’ensuit une liste de conditions sine qua non ressemblant plus à une liste de courses qu’a une quête amoureuse. Préliminaire à tout échange, si vous n’avez pas coché toute les cases- je dis bien toutes ! – inutile de tenter un bonjour, il restera lettre morte.

Nous n’aurons souvent qu’un retour partiel de ces photos qu’elles exigent de nous. Souvent un seul cliché de madame, suivi ou pire, précédé d’une dizaine de photos passionnantes…  Le chien de Madame, le chat de madame, quelques lapalissades en photos : « un sourire ne coûte rien…etc. » Mais nous avons surtout un magnifique album des vacances de madame : mer, montagne, pagode, pirogue, refuge 5 Étoiles, le tour du monde en 80 clics !

Heureux celui qui saura attirer l’attention de la belle. Le dialogue qui s’en suivra s’apparentera souvent à un entretien d’embauche. Mais après tout pourquoi pas. Il s’agit bien de remplir un poste vacant.

Le métier sera en tête des questions : c’est mieux, beaucoup mieux d’adorer son job. Sans pour autant qu’il soit un sacerdoce. Madame veut tout de même gagner la première place dans l’ordre de vos priorités futures. Les enfants, si possible grands et pas trop présents.  Votre durée de présence et la quantité de vos rencontres faites sur ce site seront aussi des questions importantes. C’est mieux si vous avez un peu ramé. Si vous avez eu l’air de n’attendre qu’elle.

Et si on parlait plutôt du dernier livre qu’on a lu ? De la dernière fois ou nos poils se sont hérissés au son d’une musique, de ce qui peut nous faire mourir de rire ou fondre en larmes en un instant ?

Si au lieu de dévoiler trop vite nos chairs nous mettions nos âmes à nu ?  Si nous avouons nos peurs, nos forces. Revendiquons notre imperfection, nos faiblesses et nos fêlures. Je crois que c’est pour toi et moi, la seule voie qui nous amènera à nous aimer pour celui et celle que nous sommes au-delà de toute apparence.

C’est vrai que les relations légères, le sexe sans engagement sont une tendance répandue de nos jours.   Peut-être est-ce une question de génétique, ou peut-être nous, les hommes, nous cachons nous derrière cette excuse pour nous laisser aller à cette tendance. Quoi qu’il en soit nous ne pouvons qu’admettre que ce sont souvent les hommes qui sont demandeurs de ce type de relation.

J’y ai moi-même succombé pendant un temps. Tableau de chasse, collection, aussi rassurante soit-elle, cette accumulation de moments intimes entre inconnus consentants n’en laisse pas moins un goût amer. Comme un goût d’inachevé.

Sommes-nous à ce point affamés ? A ce point dépendants de nos libidos pour que nous poussions ainsi nos concitoyennes à se barricader derrière des remparts de critères et d’exigences quasi infranchissables ? Car il faut bien l’admettre : Si on trouve parfois des partenaires consentantes et conscientes de la légèreté de ces relations, elles ne sont souvent que consentantes par défaut. Aucune proposition sérieuse digne de ce nom ne s’offrant à elles, elles se laissent parfois aller à cette légèreté dans les bras de celui qui aura su trouver les mots.

Ou peut-être est-ce l’inverse ? Ce serait alors les demandes de ces dames qui nous décourageraient et nous pousseraient à la légèreté ?  Tout homme que je suis, j’avoue avoir du mal à le croire.

Réponse du berger à la bergère ? Dialogue de sourd ? A l’heure où nous sommes presque égaux en tout, peut-être est-ce là, dans les envies, les fantasmes, les peurs, que se cristallisent nos natures différentes :

Je suis homme, tu es femme.  Notre projection du couple ne sera jamais la même. Nous ne parlons pas le même langage lorsque nous parlons de cela. Et pourtant nous n’inventons rien. Malgré leurs différences les hommes et les femmes se rencontrent depuis la nuit des temps et l’humanité y a survécu.

Comble de l’ironie. Je vis aujourd’hui la situation inverse ! Moi qui ai réclamé la légèreté à grand renfort d’arguments, j’ai rencontré mon ange.  Rien n’était prémédité mais j’ai été cueilli en douceur par un sourire, une personnalité, un regard.  Plus question de légèreté. Je brûle de m’engager. D’aller de l’avant. De nous projeter dans un avenir.

Bonne nouvelle ! Me direz-vous.  Oui. Merci. Je suis heureux, heureux malgré le fait que mon Élue, elle, n’est pas prête à l’engagement.  Je retrouve en elle les inquiétudes et les peurs que j’ai moi-même ressenti en d’autres circonstances. Submergée, débordée par ce wagon de sentiments que je lui offre.

Sa demande de légèreté n’a pas beaucoup de points communs avec ce qu’exprime un homme en de telle situations. Normal. Je suis homme, elle est femme. Sa légèreté à elle n’a pas la même connotation « sexe et rien d’autre »

Habité par l’intime conviction qu’elle est celle que j’attends depuis longtemps. J’aère, je distance, notre relation afin qu’elle s’y sente bien.

Je ne me prétends pas d’une originalité extrême dans ce domaine.  Sans faire de mon cas une généralité.  J’en viens à me dire que peut être tout cela, tous ces malentendus. Toutes ces espérances déçues ne sont peut-être souvent qu’une question de moment.

Une question de timing comme on aime à le dire aujourd’hui…

 

A toi.

 

Philippe de Zaldivar pour Easy2family

 

 

Pas de commentaire.

Laisser un commentaire