Parent solo cherche nouveau chéri attirant pour histoire mythique et flamboyante

24 Jan

Derrière ce titre quelque peu farfelu se cache en fait une réalité sociale à laquelle est confronté le parent solo : le désert affectif et sexuel.

Divorcé, séparé, difficile de nourrir ces deux pôles essentiels à notre équilibre une fois classés dans la catégorie des célibataires.

Beaucoup de vos amis, vos collègues, de gens bienveillants vous diront qu’il vous faudra d’abord avoir du temps pour vous, vous réparer, faire votre deuil, éloigner de vous une souffrance peut être encore prégnante.

D’autres tenteront de vous arranger un rendez-vous avec l’ami(e) d’un ami, et d’autres encore vous pousseront à vous inscrire sur l’un des nombreux sites de rencontres, parce que « ça a marché pour eux ».

Oui mais voilà, pris dans un emploi du temps professionnel qui tente déjà de s’organiser autour des enfants et de l’intendance quotidienne d’une famille monoparentale, on n’a plus le temps de rien. Faire du sport relève déjà du miracle !

Alors s’inscrire sur un site de rencontres peut devenir la solution qui permet d’élargir son cercle de connaissances, et pourquoi pas trouver ce nouveau chavirement du cœur que certains d’entre nous attendent encore. (Ou pas)

Il n’y a pas de profil universel du célibataire, et vouloir s’attacher à en faire un portrait type avec les mêmes attentes pour tous serait une grossière erreur.

Parlons donc sans tabou de ce à quoi il faut s’attendre si on s’inscrit sur un site de rencontres et ce qu’on va y offrir.

Il faut d’abord être clair dans sa démarche et c’est beaucoup moins simple qu’il n’y parait. Que cherchez-vous ? Le savez-vous vraiment ?

Prenez le temps de bien réfléchir à cela pour vous éviter d’éventuelles déconvenues. Vous trouverez de tout sur le net, vous vous emballerez, vous fantasmerez, vous projetterez, vous vibrerez mais vous prendrez aussi le risque de « morfler ».

La plupart des sites fonctionnent comme des catalogues et même si le concept peut au départ vous faire hésiter car il fait de vous « un produit sur le marché », les autres le sont aussi et on est donc tous sur un pied d’égalité.

Lors des premières semaines, on passe un temps considérable à comprendre comment ça marche, à « lire » des profils, à trier, à éliminer et sélectionner, n’ayons pas peur de le dire. Viennent les « chats », les discussions par mail ou whatsapp, et les rencontres en vrai, pour autant que vous alliez jusqu’à cette étape…car parfois on recule, incapable de sauter le pas.

Je ne ferai ici aucune discrimination sexiste sur le comportement des uns et des autres. Tout s’entend au masculin comme au féminin.

Commençons par la liste au père Noël. Eh oui, on tombe vite dans une « checking list » à laquelle le prétendant ou la prétendante potentiel(-le) doit répondre sous peine de se faire évincer. Si vous partez en mode « idéal », vous risquez fort de cumuler les rencontres et de n’être jamais satisfait.

Vient ensuite la version « je suis tellement sollicité(e) que je ne sais plus où donner de la tête » (de la tête ? Vous êtes sûr ?)… ça vous amuse, vous vous prenez au jeu. On vous réassure dans votre potentiel de séduction et ça vous fait du bien. Vous pouvez alors butiner sans vraiment obtenir de réelles satisfactions, car ce qui prévaut finalement au bout du compte c’est un renforcement de votre image de potentiel « lover » et « lovable ».

Il y a aussi la version « je m’éclate », libéré(e) de toute frustration, vous vous adonnez aux plaisirs charnels et vivez une libido surgonflée, comme jamais auparavant, en en oubliant les principes de base de protection sexuelle et affective. Car il n’est pas rare de confondre désir et amour et on peut parfois se faire mal. Surtout si l’autre ne s’inscrit pas dans la même attente que vous.

La version plus fleur bleue, romantique à souhait aura du mal à trouver sa place dans cette jungle de profils qui aura tendance à vouloir aller vite, Vite parler, Vite boire un verre, Vite se découvrir. VITE.

Tous les profils ne sont pas authentiques, même s’il ne faut pas en faire une généralité. Qui a mis une photo datant d’il y a dix ans, à l’époque où vous étiez beau, heureux et resplendissant ? Qui s’est ajouté quelques centimètres, histoire de rentrer dans une certaine norme attendue ? Qui s’est enlevé quelques kilos dans sa description ? Qui indique être féru d’art et de littérature en n’ayant lu que « Le Petit Prince » dans sa vie et le programme télé, et qui confond Picasso et Dali ?

Qui ment sur son statut ?

Allons, allons, il n’y a pas que de grands méchants loups et louves sur la toile. Derrière tout cela, il y a aussi beaucoup de vérités, mais une fois face à l’écran, on s’enchante et on se désenchante beaucoup plus facilement et beaucoup plus vite que dans le cadre d’une vraie rencontre. Vite. Là encore.

La difficulté première à laquelle vous êtes sans doute confrontés, c’est votre projection sur l’autre, votre envie d’aimer pour être aimé(e), votre exaltation. La réalité ne pourra alors pas être à la hauteur et vous feriez bien de prendre garde à ne pas du coup faire monter l’enjeu amoureux trop haut dans vos attentes.

Les sites de rencontre en ligne viendront à coup sûr, avec du temps et de la patience, combler un vide affectif et sexuel, selon le « mode » dans lequel vous vous êtes inscrit. Mais sur la durée, c’est une autre histoire. L’amour, c’est une autre histoire.

Il y a surement de belles rencontres à faire sur meetic, adopteunmec, attractiveworld, edarling, tinder et autres concurrents.

Encore faut-il prendre le temps de s’intéresser aux gens qu’on a choisis de rencontrer pour ceux qu’ils sont, et non pour ce qu’on voudrait qu’ils soient.

Et de dépasser ce stade de la consommation dans lequel vous avez été emporté(e) sans même vous en rendre compte.

Pas de commentaire.

Laisser un commentaire