Le bon parent

12 Sep

Le bon parent

Assez ! Je voudrais crier pour tous ceux à qui on reproche de ne pas être de bons parents. Surtout quand on est, qui plus est, un parent solo.

Crier pour tous ceux qui pensent ne pas l’être toujours, et qui culpabilisent, aidés de celles et ceux qui savent si bien nous pousser à nous faire croire que nous sommes mauvais.

Une mère, une belle-mère, une ex-femme, un ex-mari, nos enfants quand ils grandissent et deviennent des ados en phase de rébellion, la dame qui nous regarde de travers au supermarché, tous s’y sont collés au moins une fois : à nous asséner des reproches comme quoi….tu ne devrais pas faire comme ceci ou comme cela, ce n’est pas bien, tu ne sais pas t’y prendre, avec en prime le regard de travers qui en dit long sur nos inaptitudes en tous genres.

Bon, je vais commencer par balayer devant ma porte. J’ai fait partie de ceux qui pouvaient porter un jugement sur le père ou la mère à côté de moi, dont l’enfant se roulait par terre pour un caprice inassouvi ou cherchait à attirer l’attention d’une manière si démonstratrice que le pauvre parent ne savait plus où se mettre, tout honteux qu’il pouvait se sentir..

Et de quel droit Madame as-tu pu porter un jugement ? Parce que tu es une mère parfaite toi ?

Non, loin s’en faut, mais je fais de mon mieux et je pense que la plupart des parents agissent de la même manière, en espérant toujours donner le meilleur…et puis, il y a les concepts auxquels on adhère, et leur mise en application, tellement plus difficile…

Je suis sûre que tout comme moi, vous avez eu droit à ces leçons que nombre de gens sans enfants vous donnent avec tant d’assurance et à qui vous avez envie de hurler « cause toujours, je sais pourquoi t’as pas de môme toi. Reviens me voir dans cinq ans quand tu seras devenu parent, si tant est que ça t’arrive un jour… ».

Parce qu’être un bon parent ne s’apprend pas dans les livres, même si certains sont utiles et peuvent nous donner des réponses à nos questions.

Est-on déjà tous d’accord sur la notion de bon parent ? Comment sait-on qu’on fait partie de cette catégorie-là ? C’est la validation de notre société bien -pensante qui vient nous certifier ou pas qu’on appartient à la bonne espèce.

Je laisse mes filles manger avec les doigts ; parfois elles ont droit de s’installer devant la télé avec un plateau composé à partir de leur choix et elles regardent une série que je trouve débile. Voilà, ce n’est évidemment pas tous les jours comme ça, mais c’est leur petit plaisir à elles, et je ne vois pas pourquoi, sous quel prétexte je devrais les en priver.

Jean-Louis s’allonge auprès de son fiston jusqu’à ce que celui-ci s’endorme, parfois dans un combat acharné de résistances dans lequel Junior écrase à plates coutures son papa. Et alors quoi ? C’est pas bien ? Il va aggraver les choses et faire développer à son enfant de mauvais réflexes ? Alerte rouge, dénonçons ce mauvais père !

Vous ne l’avez jamais fait face à la difficulté de votre chérubin de s’endormir ? Vous avez toujours été fort et vous avez résisté vaillamment aux pleurs de votre bébé qui ne trouvait pas le sommeil ? Vous n’avez jamais craqué et fini par le glisser dans votre lit ? Par faiblesse, par facilité, par culpabilité….on se fout de savoir pourquoi au fond, parce que c’est si difficile de toujours savoir ce qui est bon, ce qui est juste.

J’ai aussi longtemps jugé mes parents comme des incompétents, des êtres égoïstes et nombrilistes qui ne se sont pas beaucoup intéressé à leurs enfants. Puis, à mon tour maman, j’ai réfléchi et j’ai pris conscience que l’on est ce que l’on peut être, avec sa propre histoire, ses propres tourments, ces choses non résolues de notre enfance que l’on voudrait pouvoir réparer à notre tour, avec nos enfants.

Etre parent solo, c’est aussi être sollicité deux fois plus, sans l’autre à côté pour partager et vous soutenir, échanger, dialoguer, trouver des solutions ensemble. L’autre n’est plus et il faut faire face seul(e) à diverses interrogations, prendre des décisions. On risque aussi fort d’être comparé à l’autre parent, qui semble mieux se débrouiller, du moins, c’est ce qu’on voudra vous faire penser.

Etre parent c’est merveilleux, mais c’est aussi terriblement difficile, et le jugement, le couperet, tombent bien plus souvent sur nos actes que les encouragements ou l’empathie.

A vous tous parents qui êtes confrontés au quotidien à faire ce qu’on nomme les bons choix, n’oubliez jamais que personne n’a le droit de vous dicter votre manière d’agir et de penser.

Il y aura toujours quelqu’un pour être votre mauvaise conscience et agiter sous votre nez votre dénoncée incompétence.

Soyez-vous-mêmes, sachez aussi vous regarder avec compréhension sans vous sentir constamment en défaut. Vous réalisez tous les jours de belles choses, sans que personne ne vienne le souligner. La reconnaissance doit d’abord venir de vous-même. Ne l’oubliez jamais.

Virginie Lammens pour Easy2family

Share Button
easy2family
Nous suivre
easy2family
Nous suivre

Les derniers articles par easy2family (tout voir)

Un commentaire pour “Le bon parent”

  1. Lne 19 septembre 2016 à 16 h 22 min #

    Merci, c’est criant de vérité. A lire chaque fois que l’on a un coup de cafard :))

Laisser un commentaire