Samedi 25 Avril : journée mondiale pour la sauvegarde du lien parental

30 Mar

En cas de divorce ou de séparation « conflictuelle » trop fréquemment les enfants deviennent les enjeux d’un conflit conjugal qui ne leur appartient pas. Et trop souvent ils ne sont pas en mesure de faire respecter leurs droits. Priver un enfant de la possibilité de voir un de ses deux parents constitue une aliénation parentale et provoque une maltraitance psychologique : ces enfants sont en danger. On aimerait croire à « Tu verras avec le temps un jour tout s’arrangera » pourtant avant de parvenir à ce moment d’accalmie, il y aura eu beaucoup de mal et de souffrances pour rien.

Dépassés par la violence de nombreux parents peinent à trouver des compromis nécessaires pour protéger les enfants du conflit parental.

Easy2family a choisi aujourd’hui de vous parler de la journée mondiale pour la sauvegarde du lien parental célébrée chaque 25 Avril. Elle trouve sa source anglo-saxonne sous le nom de « Parental Aliénation Awareness Day ». Elle a pour objectif de rappeler les faits et faire admettre que la maltraitance dont sont victimes les enfants en cas de séparation constitue une violation de ses droits fondamentaux.

Parce que le bien-être et la sauvegarde des liens entre parents-enfants c’est justement notre credo on vous explique en quelques points clés en quoi consiste cette journée.

1/ Les séparations parentales conflictuelles : un fléau de société ?

Aujourd’hui le schéma familial traditionnel pour la vie vole en éclat. De nombreux parents éprouvent des difficultés à gérer l’après séparation et ne parviennent pas à trouver les compromis nécessaires pour protéger les enfants du conflit conjugal.

Quelques chiffres :

35 % des mariages se terminent par un divorce selon l’Institut national des études démographiques (INED)

4,3 millions d’enfants vivent dans une famille monoparentale ou recomposée.

1 enfant sur 4 vit avec un seul de ses parents.

Dans 1 cas sur 10 il est élevé au sein d’une famille recomposée.

Si les séparations ont augmenté, la garde reste l’apanage de la mère 

84 % des enfants vivant dans une famille monoparentale sont avec leur maman.

Cette situation est beaucoup plus nuancée dans les familles recomposées, où 37 % des enfants vivent avec leur père.

En France, les commissariats et les gendarmeries enregistrent chaque année :

près de 30.000 plaintes pour non-représentation d’enfants, qui mettent en cause environ 10.000 hommes et 20.000 femmes.

Mais combien de parents n’osent pas porter plainte, soit par peur, soit par découragement face à un parcours juridique épuisant dans lequel « les affaires de familles » sont généralement classées sans suite ?

Priver abusivement un enfant d’un de ses parents est une violation :

de la Charte des Droits de l’Homme

de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant

de la Loi sur l’Autorité Parentale de 2002 (en France)

2/ L’aliénation parentale constitue une maltraitance psychologique

Pourquoi ?

Un parent qui supporte mal la séparation conjugale peut prendre l’enfant en otage dans son conflit.

Lors d’une séparation parentale conflictuelle, l’enfant est dans l’impossibilité de faire respecter ses droits.

Soumis au chantage psychologique, cet enfant va se rallier corps et âme au parent manipulateur jusqu’à devenir captif de son mode de pensée, et rompre tout lien affectif avec son autre parent ainsi qu’avec toute la famille de celui-ci. Prisonnier d’une relation d’emprise, il va tenir des propos insensés, voire même de graves accusations mensongères, en profonde discordance avec la réalité des faits, pour rejeter son autre parent jusqu’à sa destruction psychologique.

Ce processus d’emprise et de manipulation qui va amener l’enfant à rompre tout lien affectif avec l’un de ses parents ainsi qu’avec tout l’environnement familial de celui-ci, s’appelle l’Aliénation Parentale.

Pour l’enfant, devenu orphelin d’un parent honorable, aimant et toujours vivant, c’est le début d’une longue destruction identitaire, marquée par l’angoisse et de terribles difficultés relationnelles.

Le prix de cette maltraitance psychologique dont l’enfant fait l’objet peut avoir de lourdes conséquences sur la construction de sa personnalité. Ainsi les spécialistes de la santé mentale saisis de ces cas lors des expertises demandées par la justice observent que :

L’intégration du concept de « l’identité de soi » n’a pas lieu

La perception de la réalité est problématique pour l’enfant qui ne fait plus confiance en sa propre perception des choses

On constate un effondrement de la confiance en soi

Le concept d’altérité n’est pas intégré chez l’enfant entraînant des attitudes antisociales

L’enfant rejette systématiquement la faute sur l’autre

Le concept de la loi n’est pas intégré chez l’enfant

Certains développent une personnalité   » borderline »

C’est quoi l’aliénation parentale ?

Le fait de priver un enfant de son parent repose sur son détournement psychique, formalisé par la rupture du lien affectif entre l’enfant et son autre parent, qui l’amène peu à peu à le rejeter.

Cette privation est souvent le résultat d’un conflit de couple très complexe et douloureux

Le parent « ravisseur » développe un comportement vindicatif, qui peut devenir à court terme pathologique, voire dangereux, avec des discours paranoïaques.

Le processus de confiscation d’enfant ne se limite pas au seul parent : il s’étend généralement à la famille élargie et aux proches de l’ex-conjoint.

3/ Le parent ravisseur représente un modèle éducatif de délinquance

Sur le plan juridique, l’action des parents qui enlèvent les enfants à l’autre parent, pourrait être qualifiée de délinquance parentale récidiviste en matière de droit de la famille. Cette forme de délinquance est préoccupante car elle est rarement sanctionnée, et particulièrement dans les cas suivants :

Non-respect répété du droit de visite 

Destruction de l’image et de l’autorité du parent « délaissé» 

Chantages, menaces et harcèlement moral 

Incitation à la désobéissance envers les individus et les institutions 

Fausses accusations (de maltraitances, d’abus sexuels…)

4/ Le parent rejeté est une victime souvent oubliée

Les parents abandonnés vivent une détresse profonde, un sentiment d’échec de n’avoir pas pu protéger leur enfant du conflit conjugal. Les symptômes suivants ont été diagnostiqués les concernant :

Suicide ou accidents suicidaires (tentatives de suicide masquées en accident)

Dépression

Etat post-traumatique : la personnalité devient réactionnelle aux évènements vécus et se modifie,

Symptômes phobiques,

Méfiance obsessionnelle

5/ Le droit d’un enfant d’avoir ses 2 parents est un droit de l’homme

Et ce n’est pas seulement d’une question de droits pour le parent rejeté. Sa responsabilité auprès de l’enfant et les devoirs qu’il doit remplir auprès de lui, se voient tout autant confisqués par l’autre que l’enfant.

Or, le droit au maintien des relations personnelles entre parents et enfants n’est pas seulement un droit civil, mais un droit de l’Homme. Il fait l’objet d’une convention du Conseil de l’Europe dite « Convention sur les relations personnelles concernant les enfants » signée à Strasbourg, le 15 mai 2003 que la France n’a pas encore ratifiée.

Sources de cet article et pour en savoir plus : En France, l’association ACALPA, reconnue par le ministère de l’Intérieur comme une association d’aide et de soutien aux victimes, milite pour le maintien du lien familial

Site : www.acalpa.org

6/ Easy2family c’est une solution pour continuer à nouer des liens avec vos enfants en dépit de votre séparation !

Partagez l’emploi du temps de vos enfants ainsi que tout ce qui touche à leur confort quotidien ; vous pourrez ainsi profiter pleinement et sereinement des moments que vous partagez avec eux.

① –  Gagner du temps et de l’énergie lorsque l’on est parents ça n’a pas de prix!

② –  Retrouvez tous nos articles et conseils à travers notre blog

③ –  Soyez toujours au courant de l’agenda de vos enfants

④ –  Accédez à la banque d’informations de vos enfants

⑤ –  Soyez témoins des exploits et des joies de vos enfants dans un environnement sécurisé

⑥ –  Reportez vos dépenses en toute transparence

⑦ – Partez en vacances ou en we avec ou sans vos enfants

⑧ –  Saisissez tous nos bons plans

Pour un accès optimisé à chaque instant Easy2family c’est aussi une application smartphone gratuite (sur IPhone & Android) ancrée dans le quotidien des parents séparés et accessible depuis n’importe où.

Les fonctionnalités de l’application :

– Calendrier Soyez toujours au courant de l’agenda de vos enfants

Afin de communiquer plus facilement un système de sms intégré vous prévient de tout changement.

– Journal : Soyez témoins des exploits de vos enfants dans un environnement sécurisé

Echangez des messages, partagez vos photos et vidéos avec des tiers en toute sécurité.

– Vacances : Partez en vacances ou en we avec ou sans vos enfants

Renseignez notre formulaire de demande et recevez une proposition de vacances sur-mesure !

– Informations : Accédez à la banque d’informations de vos enfants

Jamais pris au dépourvu retrouvez en un seul endroit les données générales, la taille des vêtements, le numéro du médecin de vos enfants…

Finances : Équilibrez vos dépenses en toute transparence

Ayez une vue globale sur l’état des dépenses pour vos enfants et faites une demande de dépense commune.

Pas de commentaire.

Laisser un commentaire